FrançaisEnglish

Il est des lieux qui tirent l'âme de sa léthargie, des lieux enveloppés, baignés de mystère, élus de toute éternité

Maurice Barrès

Le Percé de l'...Art.

Aux confins de la Gaspésie, Percé s'enorgueillit de la magnificence d'un paysage grandiose. La majesté de ce site montre avec ostentation que ce coin de terre a été choyé des dieux. L'étonnante création artistique suscitée à l'échelle internationale par la splendeur de ce coin de pays fait figure d'hymne à la beauté de cette contrée.

Comme autant de jalons de la richesse du Percé de l'...Art, une sélection de dates, d'événements et de noms marquants:

Les plus anciennes images connues de Percé sont attribuables au talent de cartographes, membres d'équipage d'expéditions chargées de découvrir de nouveaux territoires. C'est sous l'hypothétique désignation de Cap Pratto, de Cap du Pré, à coup sur d'Isle Percée, qu'est attestée sur certaines cartes géographiques du début du seizième siècle la localisation du site. Les premiers récits de voyages, entre autres, ceux de Jacques Cartier (1534-1542), de Samuel de Champlain (1603-1629), de Nicolas Denys (1672) et de Chrestien Leclercq (1691) contribuent à faire connaître la région. C'est vers 1685 qu'est effectuée, intitulée la Rade de l'Isle Percée, la plus ancienne représentation connue des lieux avec une première illustration du célèbre roc.

Rade de l'isle de Percé

En 1760, à l'heure de la conquête anglaise, le capitaine Hervey Smyth réalise une Vue de l'Isle Percée, Rocher remarquable dans le Golfe St.Laurent a 2 lieues au Sud de la Baye de Gaspe.

Point

L'état encore quasi sauvage du paysage percéen de la fin du dix-neuvième siècle fascine le peintre, le poète et, désormais, le photographe en quête de scènes pittoresques. Dès 1864, Thomas Pye réalise des photographies de Percé qui serviront, en 1866, de thèmes à certaines lithogravures d'Images de la Gaspésie au XIXe siècle.

Thomas Pye

Vers 1870, Louis Fontaine ( Studio Livernois) ainsi que l'un des plus grands photographes canadiens, William Notman, livrent d'émouvants clichés de la beauté de certains paysages et du labeur du dépeçage de la morue. Le caractère dramatique du site donne naissance à diverses légendes, l'une, La Légende du Rocher Percé, narre les amours blessées de Blanche de Beaumont et de Raymond de Nérac, l'autre, Le Prisonnier du Rocher, celles de Méjiga et d'un jeune chef Iroquois.

Vers 1887, le peintre américain Frederick James (1845-1907) érige, au sommet du Cap Canon, une résidence dont l'atelier devient le lieu de rendez-vous d'illustres artistes américains, entre autres, et à plusieurs reprises, de Georgia O'Keeffe et du photographe Paul Strand.

Point

Le début du vingtième siècle correspond à un véritable âge d'or artistique tant la convergence de cinéastes, peintres, photographes, poètes et romanciers y est étonnante. En 1936, Edwin Holgate y peint Vue vers le rocher Percé. C'est en qualité de photographe que Paul-Émile Borduas travaille à Percé en 1938. Au fil des ans, certaines des plus grandes figures de l'art canadien y puisent le thème d'oeuvres ornant désormais les cimaises des grands musées nationaux. Parmi ces chefs-d'oeuvre figurent ceux de:

PointBercovitch, Alexander PointBlackwood, Frederick
PointBorduas, Paul-Émile PointBreton, André
PointBruneau, Kittie PointCloutier, Albert
PointDesaulniers, Gonzalve PointDésilets, E. L.
PointDumouchel, Albert PointFortin, Marc-Aurèle
PointFraser, John-Arthur PointHamel, Théophile
PointHarris, Robert PointHenderson, Hedley V.
PointHolgate, Edwin PointHébert, Adrien
PointHurtubise, Jacques PointMount, Rita
PointO'Brien, Lucius PointPilot, Robert
PointPye, Thomas

Exilé à New-York durant la seconde guerre mondiale, l'écrivain français André Breton séjourne à Percé à l'été de 1944 où il y trouve la source d'inspiration d'Arcane 17. En 1946, le poète Yvan Goll y rédige Le Mythe de la Roche Percée.
Le développement d'une indéniable vocation touristique s'accentue. En 1950, la photographe américaine Lida Moser immortalise Percé. En 1953, Robert Choquette y écrit Suite Marine. En 1957, Alberto Tommi (1917-1959), et Suzanne Guité (1927-1981) aménagent pendant quelques années un centre d'art dans l'ancienne grange de la compagnie Charles Robin: café, cinéma, danse, expositions, théâtre. A partir de 1961, Kittie Bruneau réside en permanence à l'Ile Bonaventure jusqu'au moment de l'expropriation des gens.

Grande Charle Robbin
Dessin : Jacques Harvey

Le vent de contestation des années '70 souffle sur Percé où, comme l'attestent encore certains éloquents graffiti d'une certaine contre-culture, s'écrit une page de l'histoire politique du Québec. Le Musée Le Chafaud voit le jour en 1983 et fait découvrir au fil des étés les oeuvres, entre autres, de Paul Béliveau, de Paul-Emile Borduas, de Marc-Aurèle Fortin, de Francine Simonin, de Françoise Sullivan, tous inspirés par Percé, et, en l'an 2000, le musée organise et présente Les très riches heures de Jean-Paul Riopelle, une exposition d'oeuvres inédites du plus grand des peintres canadiens. Aujourd'hui, peintres et sculpteurs accueillent les visiteurs dans leur atelier. Certaines galeries d'art ont pignon sur rue. En 2002, l'Université Laval aménage dans l'ancienne villa du peintre Frederick James L'Ecole internationale d'été de Percé en arts visuels et en architecture.

Façade du Musée

Le Musée Le Chafaud voit le jour en 1983 et fait découvrir au fil des étés les oeuvres, entre autres, de Paul Béliveau, de Paul-Emile Borduas, de Marc-Aurèle Fortin, de Francine Simonin, de Françoise Sullivan, tous inspirés par Percé, et en l'an 2000, le musée organise et présente Les très riches heures de Jean-Paul Riopelle, une exposition d'oeuvres inédites du plus grand des peintres canadiens

Kittie Bruneau Kittie Bruneau
Les amants de l'ile
Année 2002
En savoir plus
Moser Lida Moser
Gaspésie : Terre d'images
Année 2005
En savoir plus
Sullivan Françoise Sullivan
Le Mythe de la Roche Percée
Année 1996
En savoir plus